Ceci est une version archivée de Webzine20120330 à 2020-02-06 09:47:40.


Webzine Outils-Réseaux
Des problèmes pour lire ce mail? Cliquer ici pour voir la version en ligne ou revoir les anciens numéros
N°11
Mars 2012
> Outils du mois : On passe au Yeswiki
> Le site du mois : Faites accompagner votre entreprise !
> Savoir-faire : Construire une veille numérique efficace
> Ils aident à penser : Susciter la participation
> Les annonces Outils-Réseaux
> Notre coopérative de veille

Pour un accès direct, cliquez sur la rubrique.

> Edito

Coopération, késaco ?

Un système ? où différents acteurs travaillent dans un objectif d'intérêt général de tous les acteurs, avec confiance et compréhension, non concurrence ? Une communauté qui se donne les moyens humains et techniques de se gouverner elle-même ? Un statut juridique ? Un esprit, une posture collective, qui tend à faire participer, à animer, à rendre acteur ? Et vous, qu'en pensez-vous ? Partagez votre avis, il sera diffusé dans notre prochain numéro.

Outils du mois


On passe au YesWiki

De M moilamain, source : annonce des ressources permaculturelles

illustration
Exemple d'un Yeswiki - Template générique

Bonjour sous le soleil de Montpellier...

Sébastien et moi-même, tous deux équipiers du projet Ressources-permaculture.fr, étions présents au "Gratos de février" de l'association Outils-Réseaux.
Cette association a pour objectif d'initier et d'accompagner les pratiques coopératives, en s'appuyant sur des outils Internet.
Elle propose tous les vendredis de fin de mois, une journée de rencontres et d'échanges réciproques de savoirs, informelle et gratuite, sur les outils et méthodes pour coopérer.

Ça tombe bien, c'est exactement le but de notre action !

Pour nous, il s'agissait de découvrir le YesWiki. C'est un moteur de wiki libre, modulaire, sous licence GPL qui permet de créer et de gérer un site Internet.
YesWiki étant particulièrement destiné aux groupes souhaitant se doter d'un outil pour coopérer via Internet, nous avons trouvé là une belle opportunité de faire évoluer notre site internet.

Nous sommes donc repartis de cette journée avec un nouveau site en cours de développement, qui sera provisoirement hébergé à cette adresse : site-coop.net/permaculture

Quels seront les bénéfices ?

La possibilité est donnée à chacun de pouvoir directement modifier le contenu du site (par simple double-clic dans la fenêtre !)
Nous gagnerons en indépendance, nous ne dépendrons plus du géant Google !
Simplicité rime avec beauté... et avec efficacité ! Mais pour cela, les administrateurs du YesWiki devront s'y exercer pour une bonne prise en main.

Et à terme ?

Le wiki Ressources-permaculture.fr sera VOTRE wiki !!!
↑ Haut

Savoir-Faire


Construire une veille numérique efficace

De Emilie Hullo - formation Outils-Réseaux "Construire une veille numérique efficace"

illustrationA l'heure où les informations de toutes natures ne cessent de se multiplier, risquant à tout moment de nous faire succomber d'une crise d'infobésité, il devient plus que nécessaire de mettre en place une veille numérique efficace. Gain de temps important, sélection et découverte de ressources pertinentes, partage de ses trouvailles sur la Toile figurent parmi ses nombreux avantages.




Zoom sur quelques outils/pratiques pertinent(e)s, hérité(e)s du web 2.0, qui permettent de construire au mieux sa propre veille et de la redistribuer.


Automatiser sa veille avec les flux RSS

Ce qui distingue la veille numérique des autres processus de veille est sans nul doute les phénomènes d'automatisation et de collaboration qui lui sont intrinsèquement liées. Apport fondamental du web 2.0, l'automatisation consiste à faire venir à soi les contenus potentiellement pertinents et à ne plus avoir à les chercher. Fini le temps de la méthode Pull où il fallait visiter site après site pour trouver l'information pertinente et répéter cette action régulièrement pour ne louper aucune nouvelle donnée, place à la technique Push ! Cette petite révolution a été rendue possible grâce aux flux RSS (Really Simple Syndication), formats standards de données utilisés pour diffuser les mises à jour de sites dont le contenu change fréquemment. Facilement reconnaissables sur certains sites par le logo orange qui les représente, les flux RSS permettent d'être prévenu automatiquement dès qu'un nouvel article est publié et de suivre plusieurs fils d'actualité en même temps. Il ne reste dès lors plus qu'à centraliser toutes ces informations en un seul et même lieu en s'abonnant via un agrégateur en ligne (Netvibes, Google Reader) ou sur son poste de travail (Thunberbird par exemple).

Partager des territoires de veille

Une veille efficace ne peut se faire individuellement, voilà un autre postulat constitutif de la veille numérique. La réussite de cette dernière tient en grande partie à sa capacité à se nourrir de l'intelligence collective, à construire un savoir en commun, à faire profiter la communauté des fruits de ses recherches... Ainsi, créer des cercles de veilleurs au sein desquels chaque membre effectue une partie de la recherche générale, se partager des territoires de veille, faire confiance à la mémoire transactive (répartition des spécialités, par individus, par groupe) permet de mener une veille bien plus exhaustive. Des univers Netvibes, aux coopératives de veille, en passant par des services comme Pearltrees (qui permet d'enregistrer en ligne des favoris, de les organiser et de les éditer à plusieurs), de nombreuses solutions existent pour mener à bien une veille collaborative.

Diffuser les fruits de ses recherches

Pratique de plus en plus courante, la diffusion de sa veille via des réseaux sociaux contribue également à inclure le veilleur dans un réseau. Twitter permet par exemple de créer des listes des comptes suivis ainsi que de les partager et, avec son système "follower/following", de fédérer des membres autour d'un sujet précis. Au même titre, les plates-formes de curation telles que Scoop It représentent des outils efficaces pour rassembler des personnes intéressées par un même sujet et mutualiser la connaissance. Outre le fait que ce service permet de centraliser les fruits de sa veille en créant des topics (pages thématiques) sur un sujet précis et de les diffuser, il offre la possibilité aux utilisateurs de s'abonner aux comptes d'autres usagers, de suivre leur veille et ensuite de « rescooper » l'information (comme ils la « retweeteraient » sur Twitter) c'est-à-dire de la redistribuer.

Phénomène en constante mutation, la veille numérique recouvre bien d'autres aspects que nous invitons à découvrir en cliquant ici.
↑ Haut

Ils aident à penser


"Susciter la participation"

Rapport d'étonnement de Thomas Colonges, sur la formation de l'association Le Pavé

illustrationL'association Le Pavé a pour objectif de réintroduire du politique dans le débat public. C’est une SCOP — une société coopérative ouvrière de production — de neuf éducatrices et éducateurs populaires, qui propose une formation de 4 jours pour "Susciter la participation".

La formation

Lorsque des animateurs définissent les résultats d’une action avant qu’elle ne soit commencée, lorsqu’une assemblée générale d’association est organisée comme une messe, ou lorsqu’un débat est monopolisé par des experts, on trouve toujours du monde pour dire que « les gens ne veulent plus s’engager ».

Le Pavé propose ces quatre jours de formation pour définir une posture qui inverse la relation entretenue normalement avec son « public » — adhérents, jeunes ou habitants. Cette formation remet en cause la méthodologie de projet et propose d’autres manières de faire, puis travaille sur des cas concrets proposés par les participants et invente collectivement des méthodes d’intervention.

Rapport d'étonnement

Thomas Colonges a participé comme stagiaire à cette formation et nous apporte son témoignage.

1- L'association Le pavé fournit de bons moyens pour casser les processus de domination :
  • tables de débats multiples avec une table dont la thématique sert de "piège à grandes gueules",
  • jeux où les dominants n'ont pas droit de citer. Ni persuasion, ni rhétorique, ni force, sont les règles de base des jeux.

2- J'ai apprécié l'ambiance sur place, à la campagne, avec des moments de vie collective, des grosses coupures malgré la densité de la formation.
Une formation basée sur des alternances permanentes entre travail personnel, en petit groupes, en plénière, en mouvement, à l'écrit, à l'oral, etc.

3- Une réflexion que je ne m'étais jamais faite : dans la vie en société, en général, on favorise :
  • l'activité sur le repos,
  • la sécurité sur la prise de risque,
  • le "être ensemble" sur le "être seul".

Or la vie est un équilibre entre ces axes, ce qui sous-entend que nous réservons tout un pan au cadre privé, et tout un autre pan au cadre social. Ce qui est assez malsain à ce que j'en comprends.
↑ Haut

LA prochaine formation à ne pas manquer !


La cartographie participative pour animer son territoire (avec Open Street Map* )

Jeudi 19 et vendredi 20 Avril 2012

illustration

Tout savoir sur OpenStreetMap ou comment impliquer des citoyens pour enrichir la connaissance d'un territoire.

La formation se prolonge par l'organisation d'une Carto Party, "Jeu de cartes en Garrigue" dans le cadre des "Rendez-vous des Garrigues".

OpenStreetMap (OSM) est un projet international fondé en 2004 dans le but de créer une carte libre du monde. Les données cartographiques collectées sont ré-utilisables librement. Elles peuvent alimenter vos sites web, vos projets de territoire...

Durée : 2 jours
1er jour :
  • La cartographie sur Internet : projets existants, partage et réutilisation des données.
  • OpenStreetMap : apport théorique en salle et mise en pratique sur le terrain (récolte de données, utilisation de gis, etc.)
2ème jour :
  • Matin : comment organiser un temps participatif autour des cartes : les "Carto Party" ?
  • Après-midi : mise en situation. Les participants accompagnent et animent la Carto Party "Jeu de cartes en Garrigue"

Lieu : Gignac (Avec la communauté de communes de la vallée de l'Hérault)

Public : Ouvert à toute personne ayant un projet d'inventaire géolocalisé sur son territoire.

Objectifs :
  • Connaître le projet Open Street Map.
  • Connaître les applications et utilisations, champ des possibles autour d'OSM.
  • Être capable de participer au projet en rentrant des données collectées sur le terrain.
  • Savoir utiliser les logiciels Potlasch et JOSM.
  • Être capable d'organiser une Carto Party et connaître des projets équivalents sur d'autres territoires, connaître le réseau Open Street Map (association nationale, liste de discussion).
  • Entrer dans la communauté OSM.
  • Avoir les éléments pour construire sa cartographie libre > Comment produire le plan gratuit et libre de sa commune ?

Intervenant:
  • Louis-Julien de la Bouëre, association Tiriad, "Territoires et usages numériques coopératifs".

Tarifs pour les 2 jours :
  • 400,00 euros : bénéficiaires OPCA (Formation continue)
  • 130,00 euros : structures et particuliers hors OPCA.
  • 35,00 euros : chômeurs, étudiants

Inscriptions et informations pratiques


Inscriptions
Contactez Valérie par téléphone : 09 74 53 12 21 (prix appel local)
ou par mail : accueil@outils-reseaux.org

> Inscrivez-vous en ligne

Informations pratiques

Les formations auront lieu sur une journée (9h30 - 17h30).
Vous pouvez apporter votre ordinateur portable ou disposer des notres.

> Retrouvez nos informations pratiques en ligne

↑ Haut

Coopérative de veille

Les derniers liens qui nous ont intéressés

Conférence en ligne
Ce type de représentation graphique de connaissances peut être utilisé à diverses fins dans le cours d’une recherche. Différentes techniques de construction de cartes de connaissances seront présentées ainsi que différents exemples d’usage de la carte de connaissances à des fins de recherche. Les participants seront invités à explorer les applications possibles de cette stratégie dans leur démarche de recherche.

Thèse en ligne
Comment représenter le travail collectif et évaluer l’impact de cette représentation sur le travail d’équipe lui-même ? C’est à cette question que la présente communication s’efforce d’apporter sa contribution. Elle résume un travail de recherche portant sur la représentation sous forme d’arbre de connaissance du travail d’équipe et évalue l’impact de cette mise en visibilité.

Le séminaire « Partager l'information environnementale » propose de dresser un premier bilan des questionnements et débats liés à la diffusion de données environnementales en accès libre, dans la perspective d'une analyse de l'impact social et territorial de ce processus d'importance croissante. Articulant études de cas de diffusion et réflexions méthodologiques sur la mesure des impacts sociaux et territoriaux, ce séminaire porte prioritairement sur l'Amérique latine, mais est ouvert à des contributions d'autres continents. Il se tiendra à Porto Alegre du 23 au 24 août 2012 (Brésil).

Ont contribué à la veille collective : l'association Outils-Réseaux, l'association Tela-Botanica, CDR de Supagro Florac (institut d'éducation à l'agro-environnement), l'association CRIE de Mouscron.
↑ Haut
Contrat Creative Commons
Ce webzine est sous licence Creative Commons
Association "Outils-Réseaux",
chez Tela Botanica, Institut de Botanique, 163 rue Auguste Broussonnet, 34090 Montpellier
Tél : 09 74 53 12 21 - N° Siret : 508 158 755 00019 - APE 9499Z
Association prestataire de formation enregistrée sous le numéro 91 34 06579 34
Nous contacter par courriel
www.outils-reseaux.org
S'abonner ou se désabonner au webzine
↑ remonter en haut de la page