Consolider un réseau



Créateur = fossoyeur


Souvent les réseaux sont créés par "Une personnalité rare"

Lutter contre la force centrifuge et la force centripète


Un réseau se caractérise par l'attention qu'il porte à ses membres, à leurs interrogations, besoins, créations, projets... Les réseaux matures ont tendance à plus (trop) se tourner vers leur environnement, répondre à des projets extérieurs... et les membres du réseau partent recréer un réseau plus loin.
Essayer de recréer du lien avec les membres du réseau en organisant des temps de rencontres (physiques ou virtuelles).

Peut-on être adulte et rester jeune ?


Lorsque le réseau prend de l'âge, il devient hermétique aux nouveaux arrivants. Seuls les anciens savent où, comment, pourquoi se passent les choses. Le réseau devient ainsi fermé de fait.
Pistes de réflexions : entériner le fait qu'il soit fermé, assurer une fonction d'accueil digne de ce nom pour les nouveaux membres, rendre lisibles les lieux d'investissements, les espaces de projets, imaginer un compagnonnage des nouveaux par les anciens.


Comment visualiser la complexité ?


Un réseau qui grossi voit souvent son site associé grossir. Il reste compréhensible par les personnes qui ont suivi l'histoire depuis ses débuts mais trop complexe pour de nouveaux arrivés. Il conviendra de travailler à multiplier les formes de représentations de la "chose" : nuages de mots clef, cartes heuristiques, plan, pages affichées au hasard, pages injustement oubliées... Le site ORBLR cité dans ce webzine met en œuvre quelques unes de ces astuces.

Les outils n'ont pas d'âme

- les outils ne s'animent pas touts seuls

Eviter le chou-fleur pour rester Romanesco


Lorsque le réseau se développe, naissent des sous projets, de nouvelles branches. Pour que celles ci fonctionnent, elles devront se doter d'animateurs et d'outils pour fonctionner. Si l'on n'y prend pas garde, les modes d'animation et outils utilisés peuvent se mettre à diverger fortement d'un projet à l'autre : les personnes passant d'une ramification à l'autre seront perdues, les acquis des uns ne pourront profiter aux autres. Organiser la circulation d'information entre projets devient alors vital. Un réseau proche a mis en place un TST (Tu Sais Tout) qui de manière mensuelle faisait circuler trois phrases sur chaque projet :


Il convient donc d'échanger sur le fonctionnement pour :

Le salarié m'a tué


Le réseau grossi, il a fallu embaucher. Afin de financer l'ouvrier, il faut monter des projets. Et le salarié passe son temps à monter les projets qui vont lui permettre d'être payé, sans plus avoir le temps d'être attentif au réseau.
Pistes de réflexions : traquer les richesses produites par le réseau et les traduire en monnaie sonnante et trébuchante, jouer à l'animateur tournant parmi les membres du réseau. (Ce point nous fait beaucoup réfléchir, donc, si vous avez des idées, elles sont les bienvenues!)

Gouvernance et NTIC


Les réseaux sont souvent cristallisés autour d'une personne, qui va organiser autour d'elle un collectif. L'organisation première du réseau sera souvent à l'image de ses intentions. Le réseau grandissant, il conviendra de rendre lisible les modes de gouvernance (qui décide quoi, où et quand se décident les choses, comment puis-je m'impliquer...) d'inciter à la démocratie, à la participation. Certains vont même jusqu'à l'idée d'assemblée générale permanente.