Un total de 2 pages ont été trouvées avec le mot clé Revue-reseau-tic. logo rss
RevuePresse
le 25.10.2012 à 15:03:24
de 109.210.196.183

Rubrique : On parle de nous !


Carnets de Campagnes de France Inter du 29 juin 2012


29 juin 2012 : un petit mot sur Outils-Réseaux et le Gratos du mois, dans l'émission Carnets de Campagnes de France Inter à écouter à la 14ième minute!



On passe au YesWiki

M moilamain,Source: Annonce des ressources permaculturelles

Bonjour sous le soleil de Montpellier...



Sébastien et moi-même, tous deux équipiers du projet Ressources-permaculture.fr, étions présents au "gratos de février" de l'association Outils-Réseaux.
Cette association a pour objectif d'initier et d'accompagner les pratiques coopératives, en s'appuyant sur des outils Internet.
Elle propose tous les vendredi de fin de mois, une journée de rencontres et d'échanges réciproques de savoirs, informelle et gratuite, sur les outils et méthodes pour coopérer.

Ça tombe bien, c'est exactement le but de notre action !


Pour nous, il s'agissait de découvrir le YesWiki. C'est un moteur de wiki libre, modulaire, sous licence GPL qui permet de créer et de gérer un site Internet.
YesWiki étant particulièrement destiné aux groupes souhaitant se doter d'un outil pour coopérer via Internet, nous avons trouvé là une belle opportunité de faire évoluer notre site internet.

Nous sommes donc reparti de cette journée avec un nouveau site en cours de développement, qui sera provisoirement hébergé à cette adresse : http://site-coop.net/permaculture

Quels seront les bénéfices ?

  •  la possibilité est donnée à chacun de pouvoir directement modifier le contenu du site (par simple double-clic dans la fenêtre !)
  •  nous gagnerons en indépendance, nous ne dépendrons plus du géant Google !
  •  simplicité rime avec beauté... et avec efficacité ! Mais pour cela, les administrateurs du YesWiki devront s'y exercer pour une bonne prise en main.

Et à terme ?

Le wiki Ressources-permaculture.fr sera VOTRE wiki !!!

Pour participer au projet de permaculture, rejoindre l'association, le collectif, vous pouvez nous contacter et donner vos idées...

Par Lilian Ricaud, consultant-formateur

L’association “Outils-Réseaux” anime le projet “Outils-Réseaux” et mène des actions pour initier et accompagner les pratiques coopératives, en s’appuyant sur des outils Internet.

L’histoire d’Outils Réseaux est elle même intéressante. Né d’une collaboration entre plusieurs associations, qui ont décidés de mutualiser le développement leur outils informatiques, le projet outil réseaux a été porté par Tela Botanica, une association qui pilote un réseau collaboratif de botanique, avant de devenir un projet autonome sous forme d’association en 2008.

Ce qui est intéressant avec Outils-Réseaux c’est que sans grands mots, sans baratin ils mettent directement dans le bain, pratiquant ce qu’ils prêchent pour créer une atmosphère de collaboration et de partage entre les étudiants où chacun s’enrichit des expériences des autres.

Leur bon esprit est contagieux et on repart des formations avec de l’enthousiasme et des idées plein la tête.

La philosophie de partage, dans l’esprit du logiciel libre est appliquée jusqu’au bout puisque les contenus de formations dispensées par Outils-Réseaux sont tous disponible gratuitement sur leur site et librement réutilisables.
J’aurai donc le plaisir et l’honneur de réutiliser une partie de ces contenus pour les formations que je propose, et je participerai à enrichir la base de contenus déjà présent en rajoutant des contenus de mes propres formations.

Outils-Réseaux :


Par Thot Cursus,

Outils-Réseaux est un projet initié par des associations qui ont une longue pratique de la structuration de réseaux coopératifs s'appuyant sur les TIC.

C'est aussi une structure ouverte, qui propose des outils pour créer ou renforcer vos propres réseaux coopératifs.

Le site d'Outils-Réseaux est un wiki, auquel il est possible de participer pour enrichir les contenus. On y trouvera en particulier de nombreux contenus de formation, mis à disposition sous licence Creative Commons par les formateurs qui accopagnent les demandeurs dans l'amélioration de leurs fonctionnements en réseaux.

Ces contenus de formation sont répartis en quatre rubriques :

Tutoriels : nombreux tutoriels pour utiliser des outils tels que le wiki, la messagerie, un logiciel de retouche d'image (Gimp), un logiciel de publication (Scribus), créer un site sous Spip...

Usages : il s'agit là de choisir les outils les plus adaptés aux besoins et utilisations prévues. Voir par exemple "Quels outils pour quels groupes", "Les outils du télétravailleur".

Concepts : le point sur quelques notions essentielles aux pratiques coopératives : les logiciels libres, le Web 2.0, le fonctionnement en réseau, mais aussi des aspects plus techniques : les flux RSS, la charte graphique...

Méthodologie : Une démarche pour créer ou consolider un réseau, une fiche méthodologique pour monter des projets TIC.

Ces ressources ne s'embarrassent pas de fioritures, et certains les trouveront un peu succinctes. Néanmoins, le principe de mutualisation permettra de couvrir à terme tous les aspects des pratiques coopératives s'appuyant sur Internet.

Il est également possible de faire appel aux formateurs du réseau Outils-Réseaux pour obtenir une formation en présentiel qui vous permettra d'adapter ces contenus très généraux à votre situation particulière. Les tarifs sont très doux.

Une initiative qui concrétise et met à la disposition du plus grand nombre des années de travail et de recherche sur le fonctionnement en réseau. Utile à tous les responsables associatifs, aux membres des coopératives scolaires, et à tout groupe souhaitant améliorer son fonctionnement dans un esprit coopératif.

Par Thot Cursus,

, un dossier publié sur le site de l'association Outils-réseaux est riche d'informations et pourrait assurément servir d'introduction aux outils et aux procédures de l'écriture collaborative en ligne.

On y souligne l'importance de l'aspect social et de la dynamique de groupe dans le processus de l'écriture collaborative, et la nécessité de l'implication des participants. Ou, à tout le moins, d'une partie des participants, puisque dans une vidéo sur la coopération, captée lors d'une formation donnée à Brest l'an dernier, le président de l'association, Jean-Michel Cornu, indique que la proportion des gens qui participent activement et de manière visible à un travail collaboratif est assez restreinte et peu variable : 10% environ mais parfois jusqu'à 40% du groupe si l'animation est bien faite. Un plus grand pourcentage participe sans réaction apparente immédiate ; ces personnes n'en sont pas moins des acteurs effectifs de la collaboration, d'une manière différée.

Dans le dossier, Frédéric Renier et Émilie Hullo ont rassemblé un grand nombre de ressources et d'informations dans trois fiches multimédias où sont présentés sommairement les outils, les procédures, des tutoriels et une grande quantité d'hyperliens sur les trois étapes de l'écriture collaborative.

D'abord, ce sont les moyens qui peuvent servir à faire démarrer l'écriture en collaboration, une activité complexe, à l'aide de logiciels gratuits en ligne dont on peut notamment se servir pour la prise de notes en commun. Ce type d'outils en ligne, les pads, sont constitués d'une page de rédaction sur laquelle un code-couleur est attribué à chaquerédacteur, couplée d'une interface de tchat où les participants peuvent laisser des commentaires à l'intention du groupe, au fur et à mesure du travail de rédaction en mode synchrone. Les éditeurs en ligne Etherpad, Framapad et PiratePad? en sont des exemples. Une timeline permet de reconstituer chaque moment de la rédaction, par auteur. On présente notamment, dans cette partie de l'article, un tutoriel clair et complet, réalisé par Robert Delord, que l'on peut également retrouver sous forme de texte illustré ou de pdf à télécharger sur le blogue Latine Loquere.

Une deuxième fiche présente l'étape suivante de l'écriture collective. On y suggère de réaliser, en commun, un brainstorming avec les outils de création de cartes mentales pour mettre sous forme visuelle tout ce qui devra être écrit par la suite. Dans la fiche de cette étape, on explique les outils Freeplane et Freemind et il y a des liens vers des tutoriels sur leur utilisation. Pour une introduction aux cartes mentales en enseignement, voir aussi cet article précédent sur Thot-Cursus ici)

La rédaction proprement dite représente la troisième étape du processus. Certains autres outils en ligne sont présentés dans le dossier d'Outils-Réseaux, avec une courte vidéo de présentation sur Google Docs et un tutoriel pour l'utilisation de YesWiki ou de Wikini, outils qui peuvent se prêter à la rédaction en commun de documents textuels auxquels on peut ajouter du contenu multimédia.

En outre, le dossier d'Outils-réseaux présente un compte-rendu de formation où l'on peut voir très concrètement comment peut s'organiser l'écriture en commun. Le dossier se termine avec un pearltrees de liens vers des articles sur d'autres outils d'écriture collaborative en ligne, comme le réseau social Zopler.

Des outils et des formations complémentaires


L'association Outils-Réseaux offre des formations diverses sur le travail collaboratif dont plusieurs contenus sont mis gratuitement à la disposition du public internaute sur le site, sous licence cc. En outre, pour le public se trouvant autour de Montpellier, il est possible de participer gratuitement à des journées de rencontres et d'échanges informels sur les outils et les méthodes de coopération ; ce sont les Gratos du mois qui ont lieu tous les quatrièmes vendredis du mois, la prochaine rencontre étant le vendredi 27 juillet, date à laquelle on traitera de cartographie participative.
TrucsEtAstucesPourDemarrerUnReseauCooptic
le 28.03.2014 à 14:51:55
de 109.188.125.44

Trucs et astuces pour démarrer un réseau coopératif

Auteur de la fiche : Outils-Réseaux
Licence de la fiche : Creative Commons BY-SA
Description : Outils-Réseaux accompagne des réseaux et groupes depuis 2003 pour qu'ils s'approprient méthodes et outils coopératifs. Nous avons ainsi pu identifier des éléments facilitant ou au contraire des freins à la coopération et à la participation.
Les outils ne sont pas collaboratifs par nature, ils le deviennent lorsqu'ils sont utilisés à bon escient et dans un contexte favorable.
Les "trucs et astuces" listés ci-dessous ne demandent pas de grandes compétences techniques ni un budget conséquent. Une technique d'animation, l'usage d'un outil mis en place en 2 clics ou une posture appropriée de l'animateur de réseau peuvent faire bien plus que l'installation d'usines à gaz sur-dimensionnées, qui peuvent coûter très cher (au sens propre comme au sens figuré).

Cette liste s'appuie sur cette expérience mais ne demande qu'à être enrichie !

Coopérateur humanum est

La coopération est une singularité de l'espèce humaine, notre moteur principal, outil de survie. Trois siècles de concurrence ne doivent pas faire oublier que nous sommes issus de plusieurs millénaires de coopération et de collaboration.

Trois chantiers

Notre époque devra relever trois défis en matière de coopération :
  • Apprendre à coopérer entre êtres humains : pays du sud / pays du nord, riches / pauvres, entre religions, hommes / femmes...
  • Faire en sorte que l'humanité coopère avec son environnement : moins de pollution, de nuisances, ...
  • Permettre à chaque individu de mieux coopérer avec lui-même : réconcilier humanité et animalité, côté féminin et masculin...

trucetastuce




Disjoindre l'apprentissage de la coopération...

...de son utilisation sur des sujets brûlants !
Il est judicieux d'éviter les sujets polémiques pour s'initier à la coopération. Il vaut mieux tester méthodes et outils coopératifs sur de petits projets avec peu d'enjeux que sur des chantiers vitaux pour le réseau.

Par exemple, la mise en commun de fiches pédagogiques pour un réseau d'éducation à l'environnement, alors que ce qui est vital pour les membres du réseau c'est de trouver des moyens de se financer. Quand les membres du réseau auront acquis un peu d'expérience en matière de pratiques coopératives et auront développé un vécu commun, un chantier sur la mutualisation des moyens pourra être envisagé.

Faire vivre de petites expériences irréversibles de coopération

Un grand voyage commence par de tous petits pas.
Même s'il semble que la coopération soit une composante majeure de l'animal humain, quelques siècles de "saine concurrence", de "il ne faut pas copier", de "pour exister, ne doit rien à personne"... handicapent les humains qui s'y frottent. Il convient donc de, petit à petit, ré-instiller la dimension coopérative.
Tout changement est un processus de rupture qui demande un basculement dans les représentations, les idées, les méthodes des individus.
Pour qu'un réseau se mette à coopérer, il faut provoquer ces ruptures, ces basculements qui sont souvent irréversibles : nous proposons pour cela de faire vivre de petites expériences irréversibles de coopération :
  • Lever un menhir, 340 bonshommes qui tirent dans des sens différents mais pas trop fort : super comme expérience mais il faut avoir l'occasion.
  • Prendre des notes à plusieurs en même temps et sur une même page (avec Etherpad, Google doc ou Gobby : outils qui permettent de co-rédiger en ligne un texte), plus simple que lever un menhir mais bien efficace.
  • Animer un débat en utilisant des cartes heuristiques (Freeplane, Freemind, Xmind...) vidéo-projetées en direct, technique qui permet de visualiser d'un coup d'oeil toutes les idées du groupe et on passe d'une logique linéaire à une navigation par idées qui peut s'adapter au public (on peut facilement ajouter de nouvelles idées).
  • Faire faire et valoriser la rédaction de synthèses de listes de discussions (par exemple, au sein du réseau Tela Botanica, les membres du réseau discutent parfois sur les listes et forums de sujets très pointus. Celui qui a initié la discussion doit réaliser la synthèse. Il y a un classement des synthèses des listes de discussion suivant qu'il s'agit d'un simple copié-collé, ou d'une rédaction plus organisée).
  • Mettre du contenu imparfait, à corriger : n'écoutant que leur bravoure pour défendre la pureté de la Langue, ceux qui hier encore freinaient des quatre fers à l'idée de participer sur un outil informatique passent la barrière technique et corrige les fautes ! (cette astuce est encore plus efficace quand la faute porte sur le nom d'une personne : au souci de l'orthographe irréprochable, s'ajoute l'aiguillon de l'ego...).
  • Faire des jeux coopératifs : par exemple le jeu du Tao, ou jeux coopératifs en animation collective sur un site sur la non-violence.
    • ...

Commencer en présence

Lorsqu'on parle "réseau coopératif" on envisage une communauté qui n'est pas toujours sur le même espace-temps : il y a du travail à distance, des échanges synchrones et asynchrones. A l'inverse, rares sont les communautés virtuelles qui fonctionnent uniquement à distance : les regroupements, les rencontres sont des temps forts de la dynamique de réseau.
Lorsqu'on démarre un réseau, il est judicieux d'exploiter ce temps "en présence" pour tester et expérimenter des outils et méthodes qui pourront perdurer à distance : mettre en oeuvre en présence ce que l'on veut mettre en oeuvre à distance.
Ceci permettra de se familiariser, de se former et d'assurer une continuité entre présence et distance.
Par exemple, lors d'une rencontre d'un réseau, l'un des membres pose une question à l'assemblée. Tout le monde peut proposer une ou plusieurs réponses sur des petits papiers et en indiquant bien ses coordonnées. Les réponses sont synthétisées et rendues visibles à tous. Puis la personne qui a posé la question récupère les contacts des personnes ayant répondu et créée une liste de discussion pour continuer à échanger à distance.
Par exemple, on peut mettre en place des outils pour travailler à distance qui vont du coup soulever des questions sur les modes de fonctionnement en présence : les règles de prise de parole, de prise de décisions, car souvent ces éléments sont implicites. Dans un groupe, la rédaction des compte-rendus de réunion est souvent assumée par une personne. Si on met en place un outil de co-rédaction pour prendre des notes, du coup cela soulève des questions : tout le monde peut écrire ? qui valide ? On voit bien que ce n'est pas l'outil qui pose des problèmes, il soulève juste les questions.

Commencer par soi même

Charité bien ordonnée commence par soi-même. ou Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même.
Beaucoup de structures ont le projet de faire coopérer un groupe, un réseau. Mais avant toute chose, il faut commencer par pratiquer méthodes et outils coopératifs : il s'agit de s'appliquer en interne ce que l'on souhaite mettre en place en externe.
cf. la stratégie ITPTS, "Interactions Transformation Personnelle, Transformation Sociale" : ne pas opposer les volontés de changer le monde et le travail sur soi, les deux sont liés et doivent s'articuler.
Un constat : une structure qui ne coopère pas en son sein et n'utilise pas les outils qui vont avec peinera à faire coopérer autour d'elle.
Mais comment faire lorsqu'on est dans un contexte très figé, très contraint difficilement perméable à ce type de pratiques ? Il faut partir du plus petit lieu sur lequel on a prise pour coopérer, quelques collègues de confiance, un petit groupe de travail audacieux... On trouvera toujours deux ou trois personnes prêtes à jouer le jeu !

Commencer simple

Proposer des outils faciles à prendre en main par les utilisateurs
Lorsqu'on aborde l'utilisation d'outils informatiques, la première marche est la plus importante à passer. Si la première manipulation est simple, les contributeurs, rassurés auront envie de s'investir un peu plus et d'accepter qu'il y ait besoin d'un petit temps de formation ou de prise en main.
On peut même envisager de cacher des fonctionnalités dans un premier temps et attendre que le groupe grandisse en maturité avant d'ajouter des briques progressivement. Ou attendre que la demande soit exprimée et faire évoluer le dispositif technique en fonction des propositions du groupe.

Être pragmatique

Utiliser des outils facile à installer, configurer, sans compétence technique
Plutôt que d'attendre d'avoir les moyens nécessaires pour créer un dispositif sur-mesure, il vaut mieux commencer dès que la dynamique de réseau frémit à installer quelques outils clés en main, faciles à installer et à utiliser : bricoler en assemblant des outils peu onéreux mais qui permettent de commencer à proposer des démarches coopératives (Google doc, Netvibes...).
Bien sûr c'est imparfait : il serait préférable d'avoir son propre dispositif tout en logiciel libre. Et certains seront peut-être hostiles à l'utilisation de services en ligne gratuits qui stockent vos données avec le risque d'une réutilisation à des fins commerciales. Certes, mais l'animateur de réseau se doit d'être pragmatique. Ces outils sont à utiliser en connaissance de cause et pour ce qu'ils sont : des services en ligne gratuits, et non des outils avec lesquels on peut-être autonome, cependant par leur simplicité d'emploi ils peuvent servir à faire émerger la dynamique coopérative.
On attendra de voir de vrais usages se mettre en place avant de passer à du développement spécifique si nécessaire.

Piloter à l'usage

Piloter en attention plutôt qu'en intention :
  • Gérer un projet "en intention" : le coordonnateur prévoit dès le début les objectifs, le déroulement du projet, le calendrier, le budget... < c'est la méthodologie de projet traditionnelle >
  • Gérer un projet "en attention" : l'animateur crée des situations coopératives (faire se rencontrer les personnes, faire en sorte qu'elles se présentent, qu'elles puissent échanger...), être ensuite à l’affût et réactif (proposer des supports pour que ce qui a émergé de la situation coopérative puisse déboucher sur des projets, des actions, du travail coopératif...). < méthodologie de projet coopératif >
L'animateur doit donc s'astreindre à se taire, à mettre ses idées de côté et plutôt privilégier une attitude d'écoute et d'observation.
Par ailleurs, il doit mettre en place les conditions favorables pour faire émerger des besoins collectifs : par exemple un questionnaire dont les résultats sont partagés collectivement. Google Formulaire est parfait pour ça car il permet de traiter statistiquement les réponses et de créer des graphiques. Donner à tous en temps réel les résultats permet à l'animateur de ne pas garder le monopole de la vision globale : le groupe est rendu visible au groupe.

Du beau, du beau, du...

Contrairement à ce que pourrait penser, l'aspect esthétique, graphique est très important : il a un pouvoir motivant pour les membres du groupe et il valorise les productions collectives.
On pourra même aller jusqu'à utiliser du Bling-Bling très apprécié par certains :
  • Animations en flash,
  • Effets au survol et fonctionnalités de glissé-déposé avec des technologies Jquery, ou Mootools, - Rolex...

Miroir, beau miroir

Mettre en place des processus pour que le groupe se représente collectivement
Rendre le groupe visible au groupe est un étape fondamentale pour engager la coopération entre les membres. C'est le concept d'"holoptisme", décrit par Jean-François Noubel.
On peut utiliser différentes techniques et outils :
  • Cartographier les membres : pour représenter la communauté et qu'elle prenne corps, qu'elle soit moins virtuelle en prenant une dimension géographique.
  • Réaliser un inventaire des compétences (en identifiant le point fort de chacun et en le mettant en évidence sur une carte heuristique, par exemple), de ce que l'on est prêt à partager (quelles sont les ressources des membres du groupe qu'ils peuvent partager avec les autres membres ?)
  • Partager les problèmes et points de blocages des uns et des autres, ce en quoi les autres peuvent m'aider.

Encourager les contributions

Pour initier une dynamique coopérative (et même la prolonger) qui s'appuie sur des participations volontaires, il est important de valoriser la moindre contribution. Par exemple citer tous les contributeurs du projet, même ceux qui n'ont eu qu'une participation très minime (apologie du renforcement positif).
Il n'y a pas de mal à se faire plaisir !
Par ailleurs, il peut être très utile pour un animateur de réseau de bien connaître les contributeurs éventuels pour repérer le chemin entre leurs préoccupations et le projet.

Clarifier les conditions d'utilisations

Lorsqu'on envisage un réseau coopératif, il est fort probable que les échanges fasse émerger des productions collectives communes.
Pour éviter tout problème ou malentendu, il vaut mieux envisager et discuter dès le début de la dynamique des conditions d'utilisations, et des droits qui s'appliquent aux productions communes :
  • Qui est propriétaire du contenu élaboré collectivement ?
  • Ce contenu pourra-t-il être vendu ?
  • Pourra-t-il être transformé ? ...
Les licences Créatives Commons (contrat flexible de droit d'auteur pour libérer ses oeuvres) permettront d'aider à réfléchir sur le sujet et à donner un cadre juridique à la création de biens communs.

S'entourer de bon "suiveurs"

"Il est commun de dire que c'est de la qualité de l'animation que dépend la vie d'une communauté. C'est bien entendu en partie vraie. Mais dans cette courte vidéo récréative, il est expliqué avec talent que le leadership est indispensable pour initier la chose, mais que sans suiveurs eux-aussi impliqués dans l'action, il n'en serait rien."



(article repris du blog 362point0.org)

Faire bosser, faire produire, faire coopérer

Produire et faire produire du bien commun.

A vous de jouer !
 Filtrer :   Partager et diffuser sa veille  A_Rafraichir  access  actualités  AdWords  agrégateur  agrégateurs  agrégation  AJAX  alertes  animation  apprentissage  arborescence  archivage  astuces  Audrey : responsable formationde ma structure  auto-organisation  blog  blogosphere  blogues  bookmarking  bouton  Boxnet  brainstorming  brevet  carte mentale  Cascading Style Sheets  cloud  CMS  code  codéveloppement  collaboration  communauté  communication  Communiquer et échanger  concept  conception  conceptuel  Concevoir et animer un projet  contenu  contenu-editorial  coopération  copyright  creative-commons  Créer un réseau (et fonctionner...)  Créer/fonctionner en réseau  CSS  curation  D-manager  DCMS  Delicious  démarrer  démocratie participative  démocratie-participative  design  développement-durable  diaporama  Didapage  DNS  données  dotclear  droit-auteur  Dropbox  e-administration  e-learning  écosystèmes  Enseigner/former  ergonomie-editoriale  éthique  Evernote  excel  Exelearning  extensions  Facebook  facettes  flux  flux RSS  FOAD  formation  formatrice  forum  Framasoft  Freemind  Freeplane  Gandi  GIMP  GoogleReader  graphisme  Gratos  gratos du mois  gratuit  groupe  habillage graphique  Hadopi  héberger  Hot Potatoes  HTML  Imagination Cubed  infobésité  information  installer  intelligence-collective  interaction  interface  Javascript  je suis intéressée aussi bien à titre personnel que pour conseiller cette formation à d\\\\\'autres!  Jing  Jog the Web  Joomla  libéralisme  licence-GPL  licences-libres  Linux  logiciel  logiciel_libre  logiciel_propretaire  logiciel-libre  logiciels  loi  matrice-sagace  médias  mediawiki  méthode  microblog  mindmapping  Mindmeister  Mindomo  module  Moodle  MySQL  n  Netvibes  Ning  normes  OMPI  Openweb  optimisation  organisation  Organiser et planifier  Organiser un évènement  Organiser un évènement à plusieurs  outil  outil éducatif  outlook  OVH  Paper li  parfait  partage  Partager et construire collectivement des ressources  Partager et construire des ressources  Partager et diffuser sa veille  Pearltrees  pédagogie  PHP  PI  plagia  plateforme  powerpoint  prezi  Produire et gérer du contenu  Programmer et développer  propriété-intellectuelle  quizz  reader  redaction web  redactionweb  référencement  réseau  réseau-coopératif  Réseaux  Revue-reseau-tic  rewriting  RSS  sauvegarde  schéma  Scoop it  Scribus  serveurs  SGC  site  Social Bookmarking  SPIP  squelette  stockage  SugarSynch  support de cours  support decours  syndication  synthèse  tag  Tagcrowd  technologies  Télétravailler  templates  territoires de veille  Thunderbird  TIC  Travailler à distance  Travailler ensemble et à distance  tutoriel  Twitter  Typo3  valoriser un territoire  veille  Veiller  vidéo  Visualiser des données  W3C  web2.0  webcopieur  webdesign  websocial  webzine  widget  wiki  wikini  Wink  word  Wordle  wordpress  Yahoo Pipes  yeswiki